- Succulentes caudiciformes et Pachycaules -

Quelques rappels ...

  • Au cours de l’évolution du monde végétal, l’adaptation aux conditions xériques a conduit certains taxons à se débarrasser des feuilles, au moins pendant les périodes les plus sèches de l'année, et à trouver parallèlement une solution de remplacement pour assurer la photosynthèse, fonction remplie jusqu'alors par les feuilles. Progressivement ce rôle s’est ainsi transposé au niveau des tiges qui, dans le même temps, se sont épaissies pour assurer également le stockage de l’eau.
    En savoir + sur les notions de Succulence végétale.

  • Ces processus d'adaptation ont conduit à l'émergence de structures végétales particulières, quasiment dépourvues de feuilles, comme chez de nombreuses espèces de Cactacées, d’Euphorbiacées ou de Stapéliées, ou portant des feuilles uniquement pendant une partie de l'année correspondant à la saison des pluies, comme c'est le cas pour la plupart des plantes caudiciformes et pachycaules.
    En savoir + sur les notions d'Adaptation aux milieux arides.


Caudex et Pachycaules constituent un groupe un peu à part dans le monde des 'succulentes'. En effet, elles montrent bien une succulence d'une partie du tronc, mais ce tronc, rarement vert, est constitué de tissus plus ou moins spongieux et participe peu à la photosynthèse; les feuilles sont le plus souvent caduques et généralement peu succulentes. C'est pourquoi la majorité de ces plantes entrent en dormance pendant les périodes de sécheresse.


Problèmes de définition ...

  • Dans cette catégorie de plantes, de nombreux sujets présentent un épaississement plus prononcé des parties basses de la tige principale, tandis que le sommet porte des tiges plus grêles et feuillées, au moins pendant la saison humide. La morphologie ainsi produite est alors qualifiée de "pachycaule", qui signifie "tige ou tronc épais", et peut évoluer parfois vers une arborescence de très grande taille. (Plus de 30m pour certains Adansonia).

  • Lorsque cet épaississement est bien plus prononcé pour la partie basse du tronc qui est en contact avec le sol, ou ne concerne exclusivement que cette partie, ou encore est à moitié enterré ou même complètement enfoui, on parle alors de "caudex" (souche en latin) et de plantes "caudiciformes", plus rarement de plantes "brévicaules", qui restent pour la plupart de petite taille.

  • Par ailleurs, il est souvent difficile de distinguer Caudex et Racine, notamment dans les cas où le caudex est en partie ou totalement souterrain : en effet, si le système racinaire, 'chevelu' et non succulent, se développe souvent à la base du caudex dont il se différencie nettement, il arrive que la racine ou les racines principales, très succulentes, prennent l'aspect de petits troncs renflés, parfois aériens, semblables aux caudex, et se prolongent dans le sol par de fines racines secondaires.

En résumé, et la Nature n’ayant que faire des distinctions décrétées par l'Homme, il faut bien reconnaître que toutes les formes intermédiaires entre 'pachycaules' et 'caudiciformes' peuvent se rencontrer et nous mettre dans l'embarras lorsqu'il s'agit de les affecter à l'une ou l'autre de ces catégories…


En savoir + sur les notions de Taxonomie, Systématique et Nomenclature.

Cette distinction n'en reste pas moins classique, et elle est utilisée ici pour la présentation de quelques uns des taxons les plus représentatifs des catégories "pachycaules" et "caudiciformes". Ils ont été regroupés, de manière plus ou moins pertinente, selon leur morphologie globale.



PACHYCAULES ARBORESCENTES

Adenium socotranum
Adenium socotranum, Apocynaceae,
en période de repos - Ile de Socotra
© Photo Alain Christophe
In: Plantes à Caudex-H.Lenain (Edisud 2012)

Adenium (Apocynacées) : plantes pachycaules provenant d’Afrique, d’Arabie et du Yemen. Pour toutes les espèces, le tronc s’épaissit fortement vers la base, tandis qu’il se ramifie au sommet, mais certaines espèces forment une sorte de caudex d’où partent plusieurs tiges succulentes. Leur sève est extrêmement toxique, indice de leur défense contre les herbivores.



◈ Parmi les espèces les plus spectaculaires, l’Adeniun socotranum (photo ci-contre) est une espèce endémique de l’île de Socotra, exhibant des troncs extrêmement 'ventrus'.


(Page en cours de rédaction)

Dracaena draco
Dracaena draco, Liliaceae, Dragonnier commun.
Chorisia speciosa
Chorisia speciosa, Bombacaceae.


PLANTES CAUDICIFORMES


(Page en cours de rédaction)

Euphorbia cylindrifolia ssp. tuberifera
Euphorbia cylindrifolia ssp. tuberifera, Euphorbiaceae.

Pyrenacantha malvifolia
Pyrenacantha malvifolia, Icacinaceae.
Pachypodium bispinosum
Pachypodium bispinosum, Apocynaceae.

Avonia quinaria ssp. alstonii
Avonia quinaria ssp. alstonii (anciennement Anacampseros alstonii), Portulacaceae. Variété à fleurs blanches.

Aloe dorotheae - Jardin exotique de Monaco

Retour à la page d'accueil